0033 (0)4 74 04 38 08 contact@domainegillescoperet.com

LE DOMAINE

Vigneron, Vinificateur et Négociantle Domaine Gilles Copéret produit des vins de manière authentique, avec un profond respect du terroir et des traditions. Annie et Gilles Copéret, deux épicuriens avertis, adorent partager leur amour du vin et du territoire du Beaujolais avec leur entourage et tous les visiteurs de passage.

 

LE DOMAINE

Vigneron, Vinificateur et Négociantle Domaine Gilles Copéret produit des vins de manière authentique, avec un profond respect du terroir et des traditions. Annie et Gilles Copéret, deux épicuriens avertis, adorent partager leur amour du vin et du territoire du Beaujolais avec leur entourage et tous les visiteurs de passage.

 

L’HISTOIRE DU DOMAINE

1986

Gilles COPERET, passionné par le vin, a repris l’exploitation de son grand-père maternel, Jean TRICHARD et s’installe à Régnié-Durette. Ce petit domaine est composé de 2 ha en Beaujolais Villages (Régnié n’est pas encore Cru du Beaujolais) et de 20 ares de Morgon.

1987

Gilles COPERET reprend des vignes en métayage (mode de faire-valoir pratiqué en Beaujolais : le propriétaire confie à un métayer la culture de la vigne en échange de la moitié de la récolte) à Fleurie, principalement au pied de la Madone. Cette récolte part au sein d’une cave de producteurs.

1988

Régnié devient Cru du Beaujolais et rejoint les 9 autres crus, St Amour, Morgon, Juliénas, Chénas, Fleurie, Chiroubles, Brouilly, Moulin-à-vent et Côte de Brouilly … et Gilles unit sa destinée à Annie.

1993-1995

Audrey, puis en 1995, juste après les vendanges, Mathilde et Guillaume viennent compléter ce beau tableau.

1999

Lors du départ à la retraite des parents d’Annie, une parcelle d’un hectare de Fleurie vient accroître la superficie du domaine.

2005

La décision est prise de construire un nouveau chai fonctionnel, avec un pressoir pneumatique, des cuves inox et une maîtrise des températures.

Tout en respectant la tradition, Gilles Copéret utilise un matériel performant et effectue un tri de la vendange rigoureux sur pied.

2016

2018 : Une année de changements

Le domaine s’agrandit encore avec un hectare de Régnié.

Grand changement pour le domaine : La propriétaire des vignes de Fleurie sous La Madone, que Gilles et Annie travaillent depuis 30 ans, propose de leur vendre ses vignes.

 Avec l’aide de la famille et des amis, ils décidèrent d’acheter les 2,5 hectares en constituant un Groupement Foncier Viticole de la Madone, et de produire le vin de la Madone dans leur cuvage et non plus en cave coopérative.

Devant les nombreux aléas climatiques subis par le domaine en 2016 (85% des vignes de Fleurie détruites par 2 orages dévastateurs) et 2017 (100% de la récolte anéantie en 5 minutes sur l’appellation Fleurie, principalement), la décision a été prise de changer son statut juridique afin de lui permettre de faire face à de tels événements : 

Le domaine est Vigneron-Récoltant sur toutes les appellations cultivées mais aussi Négociant-Vinificateur puisqu’il peut acheter du raisin auprès d’autres vignerons choisis pour leur sérieux , avec la même philosophie culturale que Gilles et Annie (représente environ 10% de l’activité).

2016

Le domaine s’agrandit encore avec un hectare de Régnié.

2018 : Une année de changements

Grand changement pour le domaine : La propriétaire des vignes de Fleurie sous La Madone, que Gilles et Annie travaillent depuis 30 ans, leur propose de leur vendre ses vignes, n’ayant pas d’héritier.

 Avec l’aide de la famille et des amis, ils décidèrent d’acheter les 2,5 hectares en constituant un Groupement Foncier Viticole de la Madone, et de produire le vin de la Madone dans leur cuvage et non plus en cave coopérative.

Devant les nombreux aléas climatiques subis par le domaine en 2016 (85% des vignes de Fleurie détruites par 2 orages dévastateurs) et 2017 (100% de la récolte anéantie en 5 minutes sur l’appellation Fleurie, principalement), la décision a été prise de changer son statut juridique afin de lui permettre de faire face à de tels événements : 

Le domaine est Vigneron-Récoltant sur toutes les appellations cultivées mais aussi Négociant-Vinificateur puisqu’il peut acheter du raisin auprès d’autres vignerons choisis pour leur sérieux , avec la même philosophie culturale que Gilles et Annie (représente environ 10% de l’activité).

Une nouvelle page s’écrit…

Le domaine Gilles Copéret est et reste un domaine familial,

qui prend plaisir à vous accueillir et partager son travail. 

DECOUVREZ NOS VINS

 

DECOUVREZ

NOS VINS

 

Le Domaine Copéret acceuille également les groupes pour des dégustations conviviales

Le Domaine Copéret acceuille également les groupes pour des dégustations conviviales

Il n’y a pas de grand vin sans une qualité irréprochable du raisin.

 Gilles Copéret

AU FIL DES SAISONS

Le travail dans les vignes est varié et se déroule tout au long de l’année :

vendanges, taille, plantations, … chaque saison correspond à un travail manuel bien précis.  

Septembre, le temps des vendanges, l’aboutissement du travail : les vendanges sont manuelles, les raisins cueillis et triés à la vigne par une équipe de jeunes de France et d’ailleurs, qui après une journée de labeur, trouvent le réconfort autour d’une bonne table et de bons vins.

 

 Film des vendanges sous la Madone de Fleurie (2016)

 

Septembre, le temps des vendanges, l’aboutissement du travail : les vendanges sont manuelles, les raisins cueillis et triés à la vigne par une équipe de jeunes de France et d’ailleurs, qui après une journée de labeur, trouvent le réconfort autour d’une bonne table et de bons vins.

 

 Film des vendanges sous la Madone de Fleurie (2016)

 

Quel paysage! 
Fin novembre, après les premières gelées, entraînant la chute des feuilles le long travail de la taille peut commencer, taille gobelet principalement ou en charmettes.
Chaque pied est formé par le viticulteur……..jusqu’au mois de mars prochain
Quel paysage! 
Fin novembre, après les premières gelées, entraînant la chute des feuilles le long travail de la taille peut commencer, taille gobelet principalement ou en charmettes.
Chaque pied est formé par le viticulteur……..jusqu’au mois de mars prochain
Le printemps est d’abord le théatre de la mise en bouteille.
A l’extérieur, un amendement organique est apporté en fonction des besoins de chaque vigne.
Les traitements sont raisonnés et selon les années, plus ou moins nombreux. Une étude des vignes est effectuée régulièrement.
La vigne commence à pousser…
Les raisins pointent leur nez…
Le mois de mai est propice aux plantations : Après avoir arraché les vieux pieds et nettoyé le terrain, tout est prêt pour les plantations des Forchets, des Chastys, des parcelles de Régnié.
Sous le soleil plus ou moins généreux selon les millésimes, les vignes se parent de leur manteau d’été.

Quand la machine vendange…

Quand la machine vendange…

Quand les travaux dans les vignes

battent leur plein…